L'E-commerce : le meilleur remède à la crise

Crise ou opportunité ?

C’était prévisible, presque écrit. Le commerce traditionnel s’inquiète de plus en plus ouvertement de son avenir. Besoin de rentabilité d’un côté, envie de bonnes affaires de l’autre.

Les marques font des efforts désespérés pour s’en sortir et pourtant… la hausse de la croissance s’inverse comme on dit en langage économique. Dans la vraie, on dit plutôt « ça se casse la gueule ».

Les boutiques des rues piétonnes se remplacent à un tel rythme qu’en passant devant, d’une semaine à l’autre, on se demande parfois si l’on n’est pas passé dans une faille temporelle.Ca pourrait continuer ainsi jusqu’à ce que les intéressés appellent, la larme à l’oeil, « la mort du p’tit commerce ».

Sauf que de plus en plus, souvent sans être sortis d’école de commerce ni avoir 25 ans d’informatique derrière eux, des gens qu’on peux qualifier de « normaux » bousculent tous les codes en créant une simple boutique en ligne, font du commerce international sans quasi bourse délier ni prendre l’avion, négocient des hausses de leurs plafonds de cartes bancaires avec leur banquier parce qu’ils encaissent chaque semaine des sommes à faire pâlir un trader amateur…

Et en plus, c’est totalement légal et même des fillettes de 16 ans se font leur argent de poche avec… Comment est-ce possible ?

L’E-commerce est un vrai métier durable et rentable. Mais comme tout métier, il s’apprend. Et vous pouvez le faire en cliquant ICI

Pourquoi l’E-commerce est porteur … dans tous les domaines

Le commerce « traditionnel » n’en finit plus de s’essouffler. Pourtant, il respire encore bien ! Et de mieux en mieux quand, avec les bonnes stratégies, il passe en mode « on-line »

Dans cette série de 4 articles, alimentés notamment par les chiffres de la très sérieuse Fédération des Entreprises de Vente à Distance (FEVAD) je vais vous emmener sur les routes – moins connues qu’on le croit – du E Commerce et de son potentiel pour vous ; quelle que soit la taille de votre business.  En voiture …

Depuis 2005, l’E Commerce prend une place de plus en plus croissante dans le commerce mondial. En 2015 la FEVAD annonce que se sont plus de 35,5 millions de français qui ont acheté sur internet. La population continuant de s’équiper massivement en informatique et smartphones, cette tendance n’est pas prête de s’inverser. En 2015, ils étaient 850 000 de plus qu’en 2014 a acheter sur internet.

La France se positionne même à la 5ème place mondiale des achats en E Commerce. Ce qui est plus qu’honorable quand on sait que son taux d’équipement informatique est le même que la moyenne européenne. Preuve que les français ont bien sauté le pas du E Commerce et n’hésitent plus à acheter par ce biais là.

Un chiffre d’affaire en augmentation constante

En 2015, Le chiffre d’affaires total du E Commerce en France était de 64,9 milliards d’euros. Soit une augmentation de 10 % par rapport à 2014. En 10 ans les ventes E Commerce on même augmenté de 675 %. Un chiffre qui montre l’importance énorme que prend l’E Commerce en France. 78,3 % des français utilisant un ordinateur sont également des acheteurs en du E Commerce.

35 % des internautes ont commandé un produit en E Commerce au cours des 6 derniers mois. Le montant moyen d’un achat sur internet : 79 €. En moyenne, chaque année, les acheteurs en E Commerce réalisent 22 transactions ; montant annuel moyen par acheteur : 1 780 €.

Le E Commerce s’affirme donc de plus en plus comme un vecteur incontournable dans l’avenir. Les évolutions du chiffre d’affaires sont vraiment monstrueuses.

De plus, la tendance actuelle vise à faciliter les achats en E Commerce pour les utilisateurs. Ce qui augmente forcément la part du E Commerce dans le commerce de détail en général. C’est notamment le cas pour les mobiles qui sont de plus en plus utilisés pour réaliser des achats depuis 2010.

Le M Commerce (commerce en ligne depuis un mobile) est vraiment une tendance très forte qui, sans détrôner l’E Commerce « traditionnel » – pourrais-je presque dire – va vraiment booster encore plus votre business.

Pourquoi se limiter à un seul canal quand on peut aussi parler à ses clients avec ce qu’ils tiennent en main plusieurs heures par jour ?

Les tendances chiffrées particulièrement prometteuses du E Commerce, notamment en France, ne doivent pas se limiter à la seule porte d’entrée de votre business. L’E Commerce, c’est bon, le M Commerce, c’est le double effet Kiss Cool.

Il existe une catégorie qui prend également de plus en plus d’importance au sein même du E Commerce. C’est le M Commerce, c’est à dire les transactions réalisées depuis un appareil mobile. Apparu depuis 2011, le M Commerce se porte mieux que bien. En 2015 son chiffre d’affaires était de 6,4 milliards d’euros soit 10% du chiffre d’affaire total du E Commerce de la même année.

Entre 2014 et 2015, le M Commerce a augmenté de 40 %

Désormais, il faut donc compter avec lui dans le développement de votre business et les marques de smartphones et sites l’ont bien compris.

Des part de marché de plus en plus élevées

En France l’E Commerce représentait 7 % de part de marché dans la vente au détail.

Pourtant dans certains secteurs ces chiffres sont beaucoup plus importants. C’est notamment le cas du tourisme avec 43 % de part de marché pour un chiffre d’affaires de 18,7 milliards d’euros issues directement du E Commerce.

Les produits culturels sont le deuxième secteur ou le E Commerce représente 39 %  de part de marché. Même si ce chiffre peut s’expliquer par la démocratisation du dématérialisé qui représente un grand nombre d’achats en E Commerce et M Commerce.

L’ameublement, la décoration et le textile sont également des secteurs moteurs pour le E Commerce avec 25 % de part de marché.

A l’inverse certains produits comme les montres, bijoux, produits d’hygiène ou de grande consommation en général représentent un peu moins de 10 %

C’est donc bien plus que des tendances, l’E Commerce et son petit frère, le M Commerce sont bien décidés à devenir grands. C’est pourquoi il est vital pour vous, dès aujourd’hui, de suivre cette voie.

Et si le E-commerce était l’une des solutions pour inverser la courbe du chômage ?

On dit souvent (à mon avis à tort) que le développement du numérique tue l’emploi.

Eh bien, les chiffres, toujours issus de la Fédération des entreprises de Vente à Distance (FEVAD), semblent bien me donner raison. Et c’est une excellente nouvelle qui va en réjouir plus d’un.

On n’en parle pas beaucoup mais ça me semble suffisamment intéressant pour que je vous en parle ici.

En 2015, le E- commerce à créé plus de 120 000 emplois salariés directs

Les entreprise du E Commerce supérieures à 10 employés ont été 57 % augmenter leurs effectifs en 2015. Une preuve de plus de son excellente santé. En 2016 ce sont 52 % des sites qui prévoient d’embaucher des employés.

Le E Commerce est très porteur. Contrairement à ce qui peut être entendu, il n’est pas destructeur d’emploi, puisqu’il embauche beaucoup. De plus, il crée également des emplois salariés indirects qui peuvent difficilement être quantifiés.

Des créations d’entreprises en forte hausse

Le E Commerce est également un secteur très actif en ce qui concerne la création d’entreprises. Les sites vendeurs sont en constante augmentation. De 64 000 en France en 2009, 6 ans plus tard, en 2015, elles sont presque 3 fois plus nombreuses : 182 000 sites marchands actifs en France.

En l’espace d’une année (2014/2015) le nombre de sites a augmenté de 16 % . Une croissance qui, là encore, tend à prouver l’importance majeure du E Commerce pour  l’avenir ; en France comme partout dans le monde.

Néanmoins, le chiffre d’affaires global du E Commerce reste encore très concentré. 95 % des sites réalisent un chiffre d’affaires inférieur à 1 million d’€. Tandis que seulement 0,6 % des sites réalisent plus de 10 millions d’€ de chiffre d’affaires en une année.

Pourtant ces sites représentent 61% du chiffre d’affaires total. Cette concentration ne signifie pas qu’il est impossible pour les sites de petite taille de s’en sortir. Mais elle peut montrer que les utilisateurs préfèrent commander sur des sites plus grands mais surtout plus reconnus. Ils se sentent plus en sécurité quant au reçu de leur commande et son bon acheminement.

Et c’est justement ce que j’apprends aux indépendants, petites, moyennes ou grandes entreprises.

La montée en puissance des sites collaboratifs

L’une des évolutions récentes dans l’E Commerce, c’est le développement de sites collaboratifs. Des sites comme Blablacar, Air BnB ou d’autres, connaissent une très forte croissance. En 2015, 39 % des acheteurs d’E Commerce ont réalisé une transaction sur un site de ce type. En 2016 ils étaient 62 % à l’envisager.

Une évolution impressionnante qui montre l’attractivité de ces sites. Les plus utilisés sont pour l’instant les sites de réservation d’hébergement auprès de particuliers : 21 % des acheteurs de E Commerce l’ont fait en 2015.

L’E Commerce dans le monde

La France n’est bien évidemment pas une exception. La tendance au E Commerce est mondiale. Pour preuve, le chiffre d’affaires global mondial du E Commerce représentait près de 2 000 milliards de $. C’est à dire, sur un an, une augmentation de 20 %

La France se place quand même au 5ème rang mondial en terme de chiffre d’affaires du E Commerce. La Chine occupe la première place du classement avec un chiffre d’affaires annuel de 691 milliards d’€ ; plus de 10 fois plus que le chiffre d’affaires du E Commerce en France sur la même année. Suivent les Etats Unis, le Japon et le Royaume Uni. Ce dernier est d’ailleurs le seul pays européen a connaitre un chiffre d’affaires du E Commerce supérieur à celui de la France.

La France est donc bien placée et a su prendre le virage du E Commerce. Les utilisateurs sont déjà habitués à acheter par ce biais. L’E Commerce en France – et dans le monde – est appelé à devenir un marché de plus en plus important. Il est donc fondamental pour les entreprises de savoir s’adapter à ce nouveau moyen de consommation pour développer leur croissance.

La mise en place d’une boutique en ligne peut être un vecteur de développement extrêmement intéressant. C’est notamment ce que j’apprends aux indépendants, PME et entreprises : développer leur affaire avec une solution «on line » simple, efficace et rentable.

Cherchez sans limite

Cherchez sans limite

Hypnotisez votre prospect